We use cookies to give you the best online experience. By using our website you agree to our use of cookies in accordance with our cookie policy.

Outils pour renforcer la confiance envers les journalistes

Fort de son expérience dans le paysage journalistique américain, Josh Stearns nous présente des outils pour que journalistes et rédactions regagnent la confiance de leur audience.

L’entreprise Gallup rapportait au début de l’année 2016 que la confiance dans les médias, déjà très faible, avait atteint son niveau le plus bas. Cette érosion a de réelles conséquences sur le rôle du journalisme dans la démocratie, sa viabilité et sa capacité de référent dans un océan de désinformation. Alors que les médias sociaux et la psychologie humaine ont indéniablement participé à la diffusion de fausses informations au cours de cette année, l’érosion continue de la confiance envers le journalisme a développé un terrain fertile à leur ancrage.

Nous nous trouvons désormais confrontés à un effet de rétroaction négatif stratégiquement et intentionnellement alimenté par les personnes bénéficiant de la propagation de sentiments de défiance et d’incertitude. Alors que la presse fait face à des menaces à la fois politiques et financières sans précédent, rétablir cette confiance est prioritaire.

Voici donc six pratiques à développer et dans lesquelles s’investir pour bâtir une relation de confiance avec son audience. Elles sont accompagnées d’exemples de personnes qui montrent la voie.

Engagement

Les rédactions et les journalistes doivent établir des relations privilégiées avec leur audience. Alors que la confiance envers les institutions s’effrite, les réseaux sociaux ont renforcé la confiance entre individus. L’Engaging News Project a remarqué que le public témoigne de la confiance aux journalistes qui s’impliquent activement dans les sections de commentaires. De même, Joy Mayer a étudié comment l’implication des journalistes sur les réseaux sociaux peut aussi instaurer la confiance. Cependant, l’engagement peut et devrait aussi avoir lieu hors-ligne, lors de simples événements ou bien de projets participatifs d’envergure pour impliquer le public dans les reportages.

Outils et ressources : Hearken, Engaging News Project, Coral Project News Voices Engaged Newsroom Toolkit

Transparence

Depuis trop longtemps, le travail du journaliste ressemble à la boîte noire d’un algorithme de Facebook. Une majorité du public ignore les conventions, les choix et les valeurs qui animent la profession ou même le travail que nécessite la couverture d’un sujet. Dans sa réflexion sur l’élection présidentielle américaine de cette année, Michael Calderone appelle à une nouvelle ère de la transparence pour la presse, en déclarant : « Si les journalistes n’informent pas le lectorat du travail qu’ils effectuent et des raisons de leurs actions, nous cédons la tribune à ceux qui cherchent à calomnier et à discréditer la presse à un moment dangereux de l’histoire. »

Les rédactions devraient avoir une politique claire et accessible concernant les corrections et leurs responsabilités. Les rédactions doivent « mettre en avant leur travail » et chaque histoire est une opportunité à saisir, comme l’a montré David Farenthold, reporter au Washington Post, en publiant sur Twitter son cahier de notes au sujet de l’élection présidentielle américaine de 2016.

Outils et ressources : American Press Institute, ONA Roll Your Own Ethics Code, Trust Project

Écoute

Grâce à Internet et à la technologie, les médias ont gagné en interactivité et le public a souvent l’impression de disposer de nouveaux outils pour faire entendre sa voix. Pour autant, il a souvent le sentiment de ne pas être écouté par les journalistes.
De plus, de nombreux journalistes se sentent pris en otage par l’analytique qui règne désormais en maître dans de nombreuses rédactions. Nous avons besoin de meilleurs moyens d’écoute et devons nous assurer que le public se sente écouté.

Metrics for News, de l’Institut de la presse américaine, et l’Impact Tracker, du Centre pour le reportage d’investigation, redéfinissent les indicateurs avec des modèles d’écoute plus forts. De nouveaux outils, tels que ceux cités ci-dessous, peuvent aider à la création de systèmes d’échanges d’informations entre les rédactions et le public. Tout comme l’engagement, l’écoute doit s’étendre au-delà d’Internet, notamment grâce à des rencontres avec des journalistes ou dans des lieux publics.

Outils et ressources : Screendoor, Groundsource, Coral Project, Design Thinking

Journalisme de solutions

Le journalisme de solutions cherche à rapporter des histoires plus complètes révélant les problèmes épineux, mais mettant également en avant des solutions créatives. D’après les recherches menées par l’Engaging News Project, les lecteurs préfèrent largement les sujets qui proposent des solutions. D’autres outils, comme la pensée systémique, peuvent aider les journalistes à découvrir et à faire émerger de nouveaux types d’histoires qui renforcent les communautés et la démocratie.

Outils et ressources : Solutions Journalism Network, Wicked Problems, Systems Thinking

Inclusion et équité

Il est nécessaire que les rédactions reflètent mieux la diversité de leurs communautés afin d’être plus à même de rendre pleinement compte des problèmes complexes auxquels celles-ci sont confrontées, avec respect et compréhension. Souvent, les médias représentent les minorités ethniques de manière inexacte, ébranlant ainsi la confiance du public et perpétuant les préjugés. Les rédactions doivent aussi aspirer à créer des environnements où la diversité de genre, idéologique, géographique et économique est non seulement représentée, mais considérée comme fondamentale pour couvrir des sujets de façon honnête et fiable.

Outils et ressources : Ida B. Wells Society, Maynard Institute, Women’s Media Center, Race Forward

Éducation médiatique

Il faut que les journalistes deviennent de véritables ambassadeurs de la vérité. En effet, les rédactions doivent participer activement à la défense des médias et à l’éducation numérique. Il est nécessaire de montrer l’exemple, de signaler publiquement les mensonges et de mettre un terme aux complots, mais également d’expliquer le processus de démystification des fausses informations.

Nous devons cultiver le scepticisme chez nos lecteurs et les armer d’outils pour qu’ils nous aident à lutter contre la désinformation et que nous puissions donner sa chance à la vérité. Toutefois, ne transformons pas cela en un exercice pointilleux consistant à prendre de haut notre lectorat et à lui expliquer l’importance d’un journalisme de qualité. Considérons que notre audience se compose de partenaires, impliquons-les en tant que créateurs et encourageons-les à s’allier aux médias. Après tout, nous sommes tous concernés.

Outils et ressources : First Draft News, Mediactive, Snopes

Les relations de confiance sont extrêmement complexes et dynamiques. Une approche unique ne suffit pas. C’est pourquoi nous vous présentons une palette d’outils et non un modèle pour rétablir cette confiance.

Nous souhaiterions connaître vos problématiques régionales ou nationales concernant la confiance accordée par le public et les médias. N’hésitez donc pas à nous faire part de vos commentaires par e-mail ou à nous contacter sur Twitter et Facebook.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

In Your Inbox