We use cookies to give you the best online experience. By using our website you agree to our use of cookies in accordance with our cookie policy.

Plus d’outils pour lutter contre la désinformation : réseau académique et projet de recherche

Nos partenaires académiques rassemblent 32 écoles et facultés du monde entier et nous soutenons une nouvelle étude sur l’écosystème de la désinformation à travers l’Europe.

partenaires académiques

L’un des objectifs principaux du réseau de partenaires de First Draft consiste à faciliter les échanges entre les individus qui œuvrent à résoudre des problèmes relatifs à la confiance et à la vérité à l’ère numérique. Aujourd’hui, plus de 100 rédactions établies aux quatre coins du monde, certaines des plus grandes associations de journalisme, les principaux réseaux sociaux, des entreprises du secteur technologique ainsi que des organisations de défense des droits de l’homme vérifient des contenus documentant des violations des droits de l’homme.

En mars, nous annoncions le début de notre collaboration avec un réseau de partenaires du monde académique qui compte 32 écoles et facultés, dont l’Université de Hong Kong, la Wits University de Johannesburg, UTS à Sydney, la Dublin City University et de nombreuses écoles au Royaume-Uni et aux États-Unis. Ces institutions se consacrent à la recherche ou à la formation de la prochaine génération de journalistes, parfois aux deux. Voir la liste complète des partenaires académiques.

Le travail à accomplir est colossal et la seule manière d’obtenir des résultats est de collaborer à la recherche de solutions. S’il est tentant de tirer des conclusions en se fiant à ses intuitions pour mettre en œuvre des initiatives couronnées de succès, trouver une véritable solution durable demandera du temps. Pour ce faire, nous avons besoin d’autant de données empiriques que possible, ainsi que d’expériences, d’études, d’analyses de contenus diffusés par les médias (en ligne, à la télévision et sur papier), mais aussi de recherches ethnographiques et de groupes de réflexion bien conçus. De plus, nous devons être capables de visualiser de vastes réseaux de robots, de comprendre l’impact de l’automatisation sur l’écosystème de l’information ou encore de pouvoir analyser les données des réseaux sociaux pour mieux comprendre les algorithmes qui contrôlent notre accès à l’information. Enfin, il est nécessaire que des personnes possédant les connaissances nécessaires en la matière puissent garantir que la prochaine génération d’étudiants saisisse la complexité de ce sujet.

Nous sommes très heureux de mettre en place le volet académique de notre réseau de partenaires, dans le but de faciliter les échanges mondiaux et interdisciplinaires et, avec un peu de chance, de promouvoir les équipes de recherche interdisciplinaire. Nous espérons que le travail avec nos partenaires permettra de tester les éléments de CrossCheck, notre projet de journalisme collaboratif actuellement déployé en France. En effet, il nous faut mettre à l’épreuve les hypothèses formulées lors de la conception du projet : Les audiences accorderont-elles plus de crédit aux démentis si le travail de vérification implique plusieurs organes de presse ? Comment le public appréhendera-t-il le nouveau langage visuel imaginé pour le projet ? Est-ce que les rédactions peuvent véritablement collaborer tout en disposant de systèmes, de méthodes et d’outils différents ?

Nous travaillons également à l’organisation d’une conférence qui réunira des membres du monde académique et des praticiens menant des études détaillées sur les questions au centre des préoccupations de First Draft. L’événement sera aussi l’occasion d’identifier les théories clés ainsi que les données disponibles, tout en se centrant sur l’élaboration d’un plan stratégique qui reposera sur les questions de recherche inspirées par la communauté.

Les écoles, instituts et facultés qui travaillent déjà sur des questions liées à la confiance et à la vérité dans l’écosystème de l’information et souhaitent rejoindre notre réseau de partenaires, sont invitées à remplir ce formulaire. Nous sommes particulièrement désireux d’étendre notre réseau à des centres académiques d’Afrique, d’Asie et d’Amérique du Sud.

Nous avons le plaisir de vous annoncer un nouveau projet mis en place pour publier un Guide de terrain pour traiter les fausses informations sous la direction de Liliana Bounegru, Jonathan Gray et Tommaso Venturini. En mars, l’équipe a rassemblé de nombreux chercheurs afin de cartographier des écosystèmes de l’information en Europe, en portant une attention particulière aux Pays-Bas, à la France et à l’Allemagne, en raison des prochaines élections. Dans la proposition présentée à First Draft, le groupe de chercheurs indique qu’ils souhaitent : améliorer la compréhension publique de la portée, de la nature et de la composition du phénomène des fausses informations dans différentes sphères linguistiques d’Europe et équiper les journalistes, les chercheurs et les activistes de techniques pour étudier ces phénomènes au moyen de méthodes et d’outils numériques de pointe.

S’inscrivant dans la vague d’inquiétudes soulevées par le poids des fausses informations dans l’élection présidentielle aux États-Unis, le projet vise à encourager les collaborations entre les chercheurs spécialisés dans les médias numériques, les journalistes de données et les groupes de la société civile afin d’étudier le phénomène des fausses informations dans les contextes politiques étasunien et européen. Le guide, présenté lors du festival international de journalisme de Péruge, étudie comment les méthodes, les données, les outils et les techniques de recherche numériques peuvent être mis à profit pour développer une meilleure compréhension publique des fausses informations publiées en ligne, de leur production à leur diffusion, en passant par les questions politiques qui s’y rapportent et les réponses qu’elles suscitent. Il s’intéresse en particulier à la manière dont des contenus publiés sur le Web et sur les plateformes en ligne peuvent servir des projets de recherche, de journalisme de données et des études d’intérêt public.

Les journalistes de données et les chercheurs intéressés à prendre part à la couverture de sujets liés aux données ou aux recherches relatives aux fausses informations dans leur pays peuvent nous contacter. Le guide représente le premier projet du Public Data Lab, un réseau interdisciplinaire visant à promouvoir la recherche, l’engagement démocratique et le débat public au sujet du futur de la société des données, en collaboration avec la First Draft Coalition.

l’article de blog complet de Liliana Bounegru consacré

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *